Le Musée du Château d'Argent - Conférences

Lundi 4 avril 2016 + 2 mai 2016

MUSEE DU CHATEAU D’ARGENT
 
Cycle de conférences :
 
Les Pères de l’Eglise aux sources de la Chrétienté
( par Danielle Vincent, docteur d’Etat en théologie.)
 
Lundi 4 avril 2O16  + 2 mai 2016:
 
L’esprit des Pères du Désert aux origines de l’Eglise
 

 

Il me semble qu’ils sont là, ces mystiques, ces théologiens, ces évêques et ces moines, ces martyrs, qui ont fondé l’Eglise à la suite du Christ. Car l’Eglise croit à la communion des saints et se rattache, par un fil invisible que l’on appelle la Tradition, à leur témoignage. La grande tentation, aujourd’hui, est d’oublier cela, à la faveur d’une curiosité portée à d’autres religions, et aussi à cause d’un matérialisme qui tend à submerger les travaux de l’esprit.
Au cours de l’Histoire, lorsque de grands dangers menaçaient la liberté et l’essor de la pensée, le réflexe des philosophes a toujours été d’opérer un retour aux sources : Ad fontes ! disaient-ils.
Nous allons essayer, nous aussi, de revenir aux sources de la pensée chrétienne, après les vicissitudes et les méandres de l’Histoire. La grandeur et la beauté de ces origines vont nous surprendre, nous qui avons perdu aujourd’hui le sens de la grandeur et de la beauté.
Ce que les Pères vont nous rappeler surtout, c’est que la religion chrétienne est la seule à être née dans le sang et le martyre, d’abord de son fondateur. « Le sang des martyrs est la semence de l’Eglise », disait saint Irénée. Alors il s’agissait aussi de s’opposer au paganisme et au matérialisme ambiants, pour témoigner, même à travers les plus grandes épreuves, d’une autre réalité. Ils appelaient cela, un autre monde.
 
Témoigner d’une autre référence, au prix de l’épreuve, a d’abord été la mission du peuple d’Israël au cours de l’histoire biblique et bien après.
Et c’est là qu’apparaît le phénomène des « Pères du Désert ». On a pu appeler ainsi, non seulement des patriarches ou des ermites, pris isolément, mais aussi tout un peuple, le peuple dont le père était « un Araméen nomade » (Dt 26/5), qui a dû traverser l’épreuve du Désert, dans tous les sens du terme.
 
Le désert, dans la Bible, est un lieu abandonné qui n’a pas reçu la bénédiction de Dieu, bénédiction symbolisée par l’eau (Gn 2/5). Dans cette terre aride, qui est l’opposé du Jardin d’Eden, et où Adam va être chassé après ses doutes et sa désobéissance, croissent des ronces et des épines ; c’est le domaine des bêtes sauvages (Is 13/21, 14/23, 3O/6…) et des démons (Lv 16/1O, Lc 8/29, 11/24). Adam devra en venir à bout à la sueur de son front (Gn 3/17-19), par un travail acharné ; mais c’est finalement Eve qui fera retrouver à l’Humanité l’état paradisiaque en écrasant la tête du serpent, c'est-à-dire en résistant aux suggestions du doute et de la désobéissance.
Résister à ces tentations a été le combat du Peuple juif à travers l’épreuve du désert, une épreuve qui perdure tout au long de son histoire alors que, même arrivé en Terre promise, il réalise que ce n’est pas encore la vraie terre promise , parce qu’elle ne peut être un pays concret ni une nation parmi d’autres nations, mais que la promesse ne se réalisera que lorsqu’Israël aura pénétré dans un autre ordre de choses, le royaume spirituel du Messie. Abram partant de Mésopotamie ; Agar pleurant avec son petit enfant dans le désert (Gn 21/14s) ; Jacob en route vers Béthel (Gn 28/1Os) ; Elie à Horeb (1R19)  symbolisent et sont aussi réellement les pélerins qui partent vers un autre royaume. A leur suite, voici Jean qui baptise dans le désert : cette fois-ci, sur la terre aride est répandue l’eau et ce désert, lieu maudit de la déréliction, du rejet, devient le lieu de la présence de Dieu. Là, le tentateur est vaincu, les anges remplacent les démons et le Christ inaugure l’ère messianique.
 
L’appréhension du désert change alors : dans l’histoire biblique, le contact avec le désert était une épreuve forcée, dont on se serait bien passé ; mais déjà vers le milieu du second siècle avant notre ère, on remarque que le séjour dans le désert est recherché.
Une communauté juive s’établit à Qoumrân, près de la Mer Morte, dans le désert de Judée. Ses adeptes veulent se séparer de la masse considérée comme impie ,et surtout s’opposer à la secte des Pharisiens, jugée déviante, pour former une assemblée de Purs, le « Petit reste » annoncé par Isaïe (1O/ 19-22). En hébreu, on les appelait « chassid » (saints, pieux), mais la traduction « Esséniens » peut aussi venir de « chossah » (se taire, être silencieux), ou encore de « reah » (conseil, parti ). C’est la thèse que défendent André Dupont-Sommer et Marc Philonenko dans leurs ouvrages de base : A.Dupont-Sommer , Les écrits esséniens découverts près de la Mer Morte (Paris, éd.Payot , 1959, 196O, 1964 ) ; A.Dupont-Sommer et M.Philonenko , La Bible, écrits intertestamentaires (Paris, éd. Gallimard, La Pléïade, 1987).
Les Esséniens voulaient se conformer à l’exigence de sainteté (kadosch), présente dans les Ecritures (Ex 19/1O-15 ; Lv 17/11 ; 19/2 ; 2O/26 ; Ps 51) . Leur liturgie, leur foi en un Maître de Justice crucifié annonçant les temps messianiques, l’interprétation qu’ils faisaient des textes sacrés, et bien d’autres traits de leur pensée, ressemblent de façon troublante à l’idéal de la communauté chrétienne qui apparaîtra moins d’un siècle après la mort de leur fondateur appelé le Maître de Justice. Les Esséniens étaient encore à Qoumrân lorsque Jean baptisait dans le Jourdain, et qu’apparut Jésus.
 
Ce phénomène n’est pas sans rappeler aussi les anciens Récabites : se réclamant de leur ancêtre Rachab (2 R 1O/15), ils se séparèrent du peuple d’Israël pour des raisons de pureté rituelle, et adoptèrent les modes de vie des anciens bédoins, renonçant à toute forme de sédentarité. Ils campaient en marge de la Palestine et se rapprochaient spirituellement des Kénites. Ils refusaient de consommer du vin. On ignore leur développement plus tardif, mais il est pratiquement impossible de les assimiler aux Esséniens.
D’autres communautés monastiques juives se développèrent aux alentours du premier siécle, en Palestine, en Egypte et en Mésopotamie : les Masbotéens, les Hassidim, les Thérapeutes, les Mandéens, les Mugtasila. Elles avaient comme point commun le baptème et les ablutions rituelles.
 
Une place importante doit être faite, dans notre exposé, à la communauté des Esséniens.
 
Elle était connue dès l’Antiquité grâce aux historiens Philon d’Alexandrie , Flavius Josèphe, Pline l’Ancien et au théologien Hippolyte de Rome.
 
Philon d’Alexandrie (3O avant J.C. à environ 5O de notre ère ) en parle dans son traité « Quod omnis probus liber sit »  et dans son «  Apologie des Juifs «    livre perdu, mais dont Eusèbe de Césarée (3OO-34O ) relève les passages sur les Esséniens dans le livre VIII, ch.11 de la “ Praeparatio Evangelica“.
 
Flavius Josèphe (37-1OO après J.C.) parle longuement des Esséniens dans « La guerre des Juifs » (entre 7O et 75) et dans un ouvrage postérieur : « Les Antiquités judaïques » .
 
Hippolyte de Rome (17O-235) dans sa « Réfutation de toutes les hérésies » (vers 23O) évoque les Esséniens en faisant une sorte de résumé de ce qu’il avait lu dans la « Guerre des juifs » de Flavius Josèphe.
 
Pline l’Ancien (23-79), écrivain païen engagé dans l’armée romaine et auteur d’une volumineuse « Histoire naturelle », fait l’ éloge de la communauté des Esséniens qu’il n’a sans doute connue que par ses lectures.
 
Nous ferons un bref historique de la communauté, parlerons des ouvrages découverts dans les grottes de Qoumrân à partir de 1947, de l’organisation de la communauté et de son idéologie.
 
 
 Le fondateur de la secte commença son ministère probablement vers l’an 15O avant J.C. (mais les dates sont controversées) sous le règne d’Alexandre Jannée, grand prêtre de la dynastie des Asmonéens . Ce souverain se distingua par une cruauté sans précédent, en faisant crucifier huit cents Pharisiens, qu’il accusait de collaborer avec le roi séleucide Démétrius III.
C’est son fils, Hyrcan II, grand’prêtre en l’an 76 avant J.C., à la mort de son père, qui persécuta la secte des Esséniens, considérés comme dissidents. Le Maître de Justice fut mis à mort, peut-être crucifié, dans années 65 à 63. Il faut retenir que deux œuvres majeures, retrouvées dans les grottes de Qoumrân, le rouleau de la Règle et celui des Hymnes, peuvent être contemporaines du ministère du Maître de Justice.
La communauté est alors dispersée, et on pense qu’elle a trouvé refuge en Damascène. On la retrouve dans le désert de Judée un demi-siècle plus tard. Il est intéressant de noter que le premier groupuscule chrétien prend naissance alors que les Esséniens habitent non seulement à Qoumrân, dans leur très grand monastère, mais aussi dans d’autres monastères répandus à travers le pays. Ceci permet de deviner que, dans les localités où a passé et vécu le Christ, l’imprégnation essénienne était forte, peut-être même dominante. Nous relèverons, plus loin, les ressemblances étonnantes, et vraiment déstabilisantes, entre Essénisme et Christianisme, au point que nous avons pu intituler la conférence du 2 mai 2O16 : « Chrétiens et Esséniens : un pléonasme ? »
 Dupont-Sommer écrit en effet (p.386) :
« Les documents de Qoumrân révèlent avec évidence que l’Eglise chrétienne primitive s’enracine à un degré que nul n’aurait pu soupçonner, dans la secte juive de la nouvelle Alliance, c'est-à-dire dans la secte essénienne ; qu’elle a emprunté à celle-ci une bonne part de son organisation et de ses rites, de ses doctrines et de ses modèles de pensée, de son idéal mystique et moral ».
Et avant lui, Ernest Renan soupçonnait que les origines du Christianisme sont à rechercher dans « les apocryphes, les livres deutéro-canoniques comme le Livre d’Hénoch, le Testament des Douze Patriarches, le Testament de Salomon… », livres qui sont appelés, aujourd’hui, la littérature intertestamentaire. (cf E.Renan, L’avenir de la Science, 189O) , et dont certains originaux ont été retrouvés dans les grottes de Qoumrân.
 
La secte fut persécutée une deuxième fois, probablement en juin 68 de notre ère, par les armées de Titus, qui devaient s’attaquer au Temple de Jérusalem le 6 août 7O. Le couvent de Qoumrân a été détruit et les Esséniens dispersés. Prévoyant le désastre, ils avaient pris la précaution de dissimuler dans des jarres et dans les grottes alentours, les rouleaux de leur bibliothèque, ainsi que des rouleaux de cuivre, déchiffrés seulement à partir de 1956, comportant la liste des lieux et des trésors cachés.
 
Parmi les rouleaux découverts en 1947 dans la première grotte, se trouvent, comme nous l’avons mentionné plus haut, le texte de la Discipline essénienne et celui des Hymnes. Les archéologues les font remonter à l’époque où vécut le maître de Justice, fondateur de la communauté, c'est-à-dire dans les années 15O avant notre ère. (L’édition des Ecrits intertestamentaires fait remonter l’origine de la secte aux années 177 avant J.C. Cf op.cit introduction, p. XXXVII). Ces rouleaux se sont retrouvés dans les grottes de Qoumrân ; mais lors de la première persécution et dispersion de la secte, par Hyrcan II, en l’an 64 avant J.C.  ils ont probablement été emmenés par certains fugitifs à Damas, où s’est alors implanté le reste de la communauté dispersée .
 
Une autre remarque pourrait être faite ici: l’ensevelissement de Jésus dans une grotte, après sa mort, n’est-il pas volontairement chargé d’un symbole par la première communauté chrétienne ? Ne représente-t-il pas l’enfouissement des livres sacrés esséniens, dont les chrétiens avaient certainement entendu parler sans en connaître les cachettes, dans l’espoir d’une renaissance prochaine ? Il pourrait y avoir une ressemblance et même une identification entre le corps sacré et les rouleaux sacrés. Cela dénote, une fois de plus, que les disciples auraient voulu adapter leur ministère et leur message à ceux de cette communauté martyre, mais d’une façon déguisée, symbolique, cachée, à cause de l’hostilité ambiante. Cette application aurait pu être donnée lors de la rédaction des évangiles, justement après la dispersion de la secte en juin 68 par les Romains.
Et alors on commence à comprendre pourquoi les premiers chrétiens ont voulu faire revivre l’idéal essénien , dont la mentalité populaire était imprégnée depuis des générations dans ces régions de Judée.
Et pourquoi, lors de la rédaction des Evangiles, l’apport essénien a été récupéré et adapté par la nouvelle communauté.
Par compassion et solidarité, pratiquement tout l’héritage essénien aurait été repris, de façon déguisée, par l’Eglise du premier siècle. Celle-ci devenait alors la nouvelle communauté essénienne, guidée par l’esprit du Maître de Justice de nouveau présent en la personne du prédicateur de Nazareth.
Je pense personnellement que c’était bien cela.
 
La première grotte a été découverte par hasard au printemps 1947. Le jeune Bédoin, Mohamed ed Dib, qui cherchait sa brebis, affirmait que c’était en 1945. Le contenu de la grotte n’a été divulgué qu’en 1948.
Il s’agissait de sept rouleaux :
Deux rouleaux du Livre d’Isaïe, très antérieurs aux plus anciens manuscrits connus de la Bible hébraïque.
Cinq rouleaux inconnus :
Le Manuel de Discipline (ou rouleau de la Règle) de la secte.
Le Commentaire d’Habacuc.
Le Règlement militaire.
Le recueil des Hymnes.
Une paraphrase, en araméen, des premiers chapitres de la Genèse.
 
Une copie de ces cinq rouleaux inconnus avait été retrouvée, sous forme fragmentaire, dans une synagogue du vieux Caire, en 1896-97, et publiée en 191O. Cette copie peut être datée des 1Oe et 12e siècles environ. Il s’agit de deux manuscrits en langue hébraïque. On l’a appelée l’Ecrit de Damas, car elle porte le titre de « La nouvelle Alliance au pays de Damas ». Lors de la première persécution, les Esséniens avaient sans doute emporté ces rouleaux au pays de Damas, où ils ont fait l’objet de copies . On en a retrouvé des fragments dans les grottes de Qoumrân. « Il est admis que les textes de Qoumrân ont été copiés en grand nombre au Ier siècle de notre ère, et en moindre nombre dans les deux siècles le précédant. » (op.cit , Introduction générale p.XXXIV).
Les cinq rouleaux peuvent être datés entre 15O avant J.C. et 5O après.
 
La 2e grotte, à quelques mètres de la première, a été découverte en février 1952. Elle contenait des fragments de manuscrits. Il faut noter que des fragments araméens des Testaments des Douze Patriarches ont été retrouvés dans presque toutes les grottes .
 
La 3e grotte, découverte en mars 1952 contenait des manuscrits sur cuir et papyrus, ainsi que les fameux rouleaux de cuivre, qui n’ont pu être ouverts, et ont dû être découpés finement et remis bout à bout pour pouvoir être déchiffrés. Ils révélaient les endroits où étaient cachés les trésors de la secte ainsi que les rouleaux de sa bibliothèque.
 
Dans la 4e grotte (septembre 1952), on a trouvé des milliers de fragments de manuscrits. Comme la première, elle a été découverte par hasard, parce qu’un Bédoin avait vu une perdrix blessée se réfugier dans une crevasse.
 
Les 5e et 6e grottes (fin 1952) révélèrent quelques fragments de manuscrits.
 
Les 7e, 8e, 9e, et 1Oe grottes (printemps 1955), contenaient des fragments de rouleaux ainsi que des tessons gravés, les ostraca.
 
La 11e grotte (début 1956), révéla quatre nouveaux rouleaux.
 
En résumé, on a trouvé une dizaine de rouleaux à peu près complets, et des fragments plus ou moins importants de plus de six cents livres (Dupont-Sommer p.11).
Parmi eux, plusieurs exemplaires de copies de livres bibliques et beaucoup d’écrits relatifs à la vie, la doctrine et les réglements de la secte.
Parmi eux aussi des livres non bibliques : des pseudépigraphes dont certains étaient déjà connus avant (Jubilés, Hénoch, Testaments des Douze Patriarches), et d’autres qui avaient complètement disparu  (Apocryphes de la Genèse, appelés aussi Apocalypse de Lamech ; les Psaumes de Josué ; la Prière de Nabonide).
Enfin des commentaires, ou écrits exégétiques appelés « pesher », dont le mieux conservé est le Commentaire d’Habacuc.
« Nul manuscrit hébreu ou araméen de la Bible juive de la période prémassorétique (9O après J.C.) n’était parvenu jusqu’à nous. Avec la découverte des grottes, nous avons maintenant un texte antérieur à la fixation du texte officiel : un texte prémassorétique, fait d’une importance capitale » (op.cit. p.17-18).
Le texte canonique de la bible juive avait été fixé par les Massorète au synode de Jamnia, en 9O de notre ère.
 
Nous pouvons exposer maintenant la doctrine et les règlements de la secte, tels qu’ils apparaissent dans les documents découverts.
 
Les Esséniens définissent leur assemblée comme la Communauté de la Nouvelle Alliance, ou le Saint Conseil, ou encore le Conseil de Dieu (Règle, Bénédictions, Hymnes ) ( cf Lc 22/2O). Les membres s’appellent « les Nombreux » (pleistois en grec, rabbim en hébreu), terme que l’on rencontre souvent dans le Nouveau Testament : « Le Fils de l’Homme est venu donner sa vie pour les nombreux » (Mt 26/28).
Entre eux, ils doivent exercer la charité, l’assistance et secourir les indigents (Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, §134) ; ne pas se mettre en colère mais être des artisans de paix (§135). Tous les préceptes du Sermon sur la Montagne peuvent rappeler cela (Mt 5/1-12 et ss).
Ils  ne doivent pas faire de serment, leur parole suffit, car elle est loyale (§139) ( cf Mt 5/34-37).
En entrant dans la secte, ils abandonnent leurs biens et les mettent au service de la communauté (Guerre des Juifs, §2O). Dans ce passage, Josèphe mentionne que les Esséniens sont au nombre de quatre mille, nombre qui est attesté aussi par Philon (Quod omnis probus liber sit, §75). « Ils habitent nombre de villes de Judée et aussi nombre de bourgades et de groupements à grands effectifs «  (Philon, Apologie des Juifs, §1).
C’est ce que dit aussi Flavius Josèphe : « Ils n’ont pas une ville unique, mais, en chaque ville, ils forment à plusieurs une colonie » (Guerre des Juifs, §124).
S’ils vont en voyage, pour visiter une autre communauté, ils partent sans rien emporter (§125). C’est la recommandation que fait aussi Jésus à ses disciples  (Mt 1O/9-1O).
 
Il y a même un tiers ordre essénien ; ce sont ceux qui peuvent se marier et fonder une famille (Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, §16O-161). Cependant, le même ,auteur précise que : « Les Esséniens répudient les plaisirs comme un mal, et ils tiennent pour une vertu la continence et la résistance aux passions. Ils dédaignent pour eux-mêmes le mariage ; mais ils adoptent les enfants des autres à un âge encore assez tendre pour recevoir leurs enseignements : ils les considèrent comme de leur parenté et les conforment à leurs propres mœurs (op.cit. §12O). Ici on peut penser aux paroles de Jésus sur le mariage et le célibat « qui n’est pas donné à tous » (Mt 19/11-12), et aussi à son attitude envers les enfants : « Laissez venir à moi les petits enfants, car le Royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent » (Mt 19/14).
Ces paroles se chargent d’un autre sens si on les replace dans un contexte de pensée essénien.
 
Les rites de purification et les pratiques baptismales étaient importants chez les Esséniens, comme dans toutes les sectes orientales de la même époque. Les ablutions étaient pratiquées en toute occasion, même quand un membre avait touché, par exemple, une pièce de monnaie. Le baptême semble avoir été réservé aux novices qui, après une année de probation, étaient admis dans la communauté (Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs, §139 ss).
Mais les Esséniens mettent en garde contre une conception magique de ces rites : ils n’opèrent que si l’Esprit saint les accompagne (Règle, III,4-9).
 
Un autre rite est celui de la Cène : le repas essénien est toujours considéré comme un repas sacré. On ne peut participer aux repas qu’après s’être lavé et avoir revêtu des vêtements sacrés. Ici, il faut citer Dupont-Sommer, car ce passage est capital pour saisir les points communs avec la Cène chrétienne :
« Le lieu où les frères prennent le repas est ‘comme une enceinte sacrée’… Un prêtre est là qui préside et prononce des prières avant et après le repas, et il est interdit de manger avant la prière initiale. En vérité le repas des Esséniens est un sacrement, le plus saint des sacrements de la secte … «  (op.cit . p. 62). Le prêtre bénit le pain et le vin (Règle VI,5-6).
La Cène n’a pas une dimension matérielle, même si elle prend la forme des repas quotidiens : elle a une charge eschatologique et renvoie au repas qui sera pris avec le messie à la fin des temps (Dupont-Sommer, op.cit. p.62-6 3). Jésus, de même associe ce repas à celui qu’il prendra avec ses disciples dans le Royaume de Dieu , et parle ici de la nouvelle Alliance (Lc 22/2O).
Les repas sacrés ne peuvent être pris avec moins de dix personnes (Règle annexe II,17-22).
Les textes évangéliques eux-aussi mettent toujours en scène les Douze, ou alors une foule, quand Jésus prend ses repas.
On ne sait pas si la Cène a été le dernier repas à être célébré en conformité pratiquement totale avec le rite essénien, car après la résurrection, les repas attestés dans les évangiles ne ressemblent pas à la Cène du jeudi-saint. Ils sont pris parfois à l’extérieur, avec du poisson ; le vin n’est pas mentionné. Le nombre de disciples  n’atteint pas toujours la dizaine : en Jean 21/1-13, les disciples ne sont qu’au nombre de sept ; sur le chemin d’Emmaüs ils ne sont que deux (Lc 24/13 ; 3O). Le point commun à tous les repas, c’est invariablement la bénédiction que prononce le Maître sur les aliments, bénédiction qui est centrale aussi à Qoumrân.
 
Bien d’autres correspondances pourraient être relevées entre Essénisme et Christianisme primitif :
Le Maître de Justice, qui fonda la secte , fut supplicié et mis à mort. Cependant il vit toujours et il reviendra en gloire à la fin des temps. L’identification du Maître de Justice avec le Messie attendu n’est pas claire dans la pensée essénienne, et il semble que cette doctrine ait changé plusieurs fois. Tantôt il apparait comme le Prêtre suprême, tantôt comme le Prophète, ou encore le Messie attendu. A certains moments, il réunit dans sa personne les trois dignités.
Il est cependant l’Homme de douleur annoncé par Isaïe (52-53), une racine issue d’une terre aride (Is 53/2), le Serviteur de l’Eternel (Is.49) sur lequel repose l’Esprit-Saint (Is.42/1), par lequel Dieu renouvelle son alliance avec Israël et apporte le salut aux nations (Dupont-Sommer, op.cit. p.369ss).
 
Il est aussi le chef de l’Eglise : universelle, présente dans le monde entier, éternelle (op.cit.p.379), car fondée sur le roc. Il faut citer ici deux passages, l’un extrait du Commentaire du Psaume 37:
« Car c’est toi qui mettras la fondation sur le rocher
Et la charpente sur le cordeau de justice
Et le fil à plomb de vérité pour contrôler les pierres éprouvées
En vue de construire une bâtisse robuste ,
Telle qu’elle ne soit pas ébranlée
Et que nul de ceux qui y pénêtrent ne chancelle… » (Cité par Dupont-Sommer, op.cit. p.378)
 
L’autre passage est celui des Hymnes 7/8-9 :
« Et tu as fondé sur le rocher ma bâtisse,
Et des assises éternelles me servent de fondement
Et tous mes murs sont devenus un rempart éprouvé
Que rien ne saurait ébranler » (op.cit. p.378).
 
Cette Eglise est son œuvre et il s’identifie à elle (ibid.). On pense ici non seulement aux paroles de Jésus à Pierre sur la fondation de l’Eglise (Mt 16/18-19), mais aussi à celles de St Paul qui identifie l’Eglise au corps du Christ (1 Cor 12/27, Eph 1/22-23).
 
Il faudrait plusieurs ouvrages pour décrire de façon exhaustive la doctrine, l’histoire et le mode de vie de la secte de Qoumrân et faire une étude comparative des écrits intertestamentaires et des écrits du Nouveau Testament. Nous n’avons brossé ici que les points essentiels. Notons surtout que le Livre d’Hénoch et les Testaments des Douze Patriarches comportent des passages que la première Eglise chrétienne a plagiés pour constituer sa christologie : « Le Livre d’Hénoch (disent les introducteurs aux Ecrits intertestamentaires) se trouve être la plus précieuse des anticipations et la plus secrète des préparations de la Christologie du Nouveau Testament » (op.cit. p. LXX).
 
Mais cet exposé a suffi pour faire resurgir la question qui taraude les théologiens depuis soixante -dix ans :
Quels sont les rapports entre l’Essénisme et le Christianisme primitif ?
Pour André Dupont-Sommer, qui alors reprend la thèse d’Ernest Renan, le Christianisme est un Essénisme qui a réussi (op.cit. p. 383).
 
Mais justement : pourquoi un Essénisme ? L’originalité totale qu’on s’est plu, et toujours encore, à accorder à la pensée du Christ et de la première Eglise, le caractère unique de son histoire, seraient, en fait, à décrypter au moyen d’une autre histoire , d’ une autre pensée ? Il y aurait là une dette que les Chrétiens devraient, enfin, payer aux Esséniens ?
 
Des différences, pourtant, il y en a.
 
Par exemple dans l’observation du sabbat. Il y avait, chez les Esséniens un rigorisme total. Et chez Jésus une ouverture d’esprit basée sur la charité et le bon sens.
 
Les règles de pureté aussi sont relativisées chez Jésus : manger sans se laver les mains n’est pas une faute ; parler à une péripatéticienne, ou à une sectaire samaritaine non plus. Le messie veut ici être un médecin : il touche les lépreux, entre en contact avec les plus grands pécheurs. Il n’a cure de la pureté telle que la conçoivent ceux qui veulent se séparer d’un monde impie : pour lui c’est l’homme qui est important, sa guérison, son salut, et non la recherche égoïste de la perfection.
Ici, le clivage est déjà posé pour le monachisme à venir.
 
Et il y a, à mon avis, une autre différence, essentielle :
C’est la relation, et même la communion d’amour avec Dieu, et avec le Messie. Une spiritualité, il faudrait dire une mystique comme celles de St Paul et de l’Evangile de St Jean ne semble transparaître nulle part dans les écrits esséniens. Leur Maître de Justice est vénéré, ses ordres sont respectés, son histoire est précieusement gardée en mémoire. Mais on ne pourrait pas dire qu’il y a, entre les fidèles et lui, une relation affective, une communion qui chez St Jean, se traduit par le verbe « connaître », très fort, quasi charnel dans le sens biblique . La mystique de l’ « En Christô » : « être en Christ » et de la double inclusion : Dieu en Christ, et Christ en nous (Jn 17/23-25) ne semble jamais apparaître dans la spiritualité essénienne . Dans cet Evangile, le Christ donne sa vie par amour ; c’est un enfantement dans lequel il succombe (Jn 14/13, 16/21 : qui peut être appliqué aux disciples dans l’épreuve, mais aussi à Jésus). Je n’ai rien lu de comparable, jusqu’à présent, dans les écrits esséniens traduits.
 
Alors, il faut pourtant essayer de résoudre la quadrature du cercle.
 
On ne peut nier que le Christianisme, à ses débuts, et aussi le Judaïsme, baignent tout entiers dans l’Essénisme, qui leur est contemporain (cf op.cit. Introduction, p. LXI).
 
« Ils » sont partout ; pas seulement dans leur couvent près de la Mer morte, mais dans les campagnes et, selon Philon, dans les villes et les bourgades. Et ils répandent leur doctrine. Des foules viennent les voir (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V,17,4) : « C’est un peuple unique en son genre et admirable dans le monde entier au-delà de tous les autres : sans aucune femme, et ayant entièrement renoncé à l’amour ; sans argent ; n’ayant que la société des palmiers. De jour en jour, il renaît en nombre égal, grâce à la foule des arrivants ; en effet, ils affluent en très grand nombre, ceux que la vie amène, fatigués par les fluctuations de la fortune, à adopter leurs mœurs » (Dupont-Sommer, p. 48). Pline pense même qu’ils existent depuis des millénaires, et qu’ils sont éternels.
On peut deviner qu’ils ont eu une grande influence sur les populations et les mentalités. Jean-Baptiste, Jésus et ses disciples n’y ont pas échappé .
 
Mais que s’est-il passé après la dispersion de la secte, en 68, et la destruction du Temple en 7O ?
Il est probable que les membres de la secte se soient rattachés à la première communauté chrétienne avec laquelle ils se découvraient tant de points communs. Peut-être qu’auparavant, déjà, des membres du tiers-ordre essénien avaient eu des contacts avec elle et s’étaient amalgamés au groupe des sympathisants de Jésus. Et lors de la rédaction des Evangiles, entre 7O et 11O, il n’est pas impossible que ce soient d’anciens membres de la secte, dont l’érudition n’était plus à prouver, qui aient rassemblé les témoignages oraux, et utilisé les sources écrites, servant de compilateurs et de rédacteurs à des apôtres issus du petit peuple et plus ou moins instruits.
Or, si des Esséniens persécutés ont rejoint, après 7O, les milieux chrétiens, et ont contribué fortement à la rédaction des Evangiles, on comprend pourquoi les Pseudépigraphes ont été privilégiés et conservés en milieu chrétien, ainsi que le soulignent les auteurs de l’édition des Ecrits intertestamentaires (op.cit. Introduction, p. LXI).
 
Les temps ayant changé, la largeur d’esprit du prédicateur de Nazareth, sa volonté de travailler au milieu des foules et de soigner leurs misères, ne durent pas les choquer outre mesure, mais au contraire leur ouvrir de nouvelles perspectives.
Seulement, comme je l’ai dit plus haut, ils n’ont pas pu, en ces temps de persécution, agir à visage découvert.
Il convient encore de citer ici le livre de la Pléïade  parlant des Pseudépigraphes : « Les Esséniens ont joué un rôle primordial dans le rassemblement des traditions, dans leur mise en forme et dans leur transmission » (op.cit. p. LXI).
 
Il est à nos yeux indéniable que St Paul, qui , écrivant dans les années 5O à 64, devrait être considéré comme le premier évangéliste, a été en étroit contact avec des savants esséniens, lui qui « semble s’être servi des Testaments des Douze Patriarches comme d’un vade-mecum«  (Dupont-Sommer, op.cit. p. 383).
 
Mais son originalité, comme celle de l’auteur de l’Evangile de Jean, est d’avoir mis l’accent sur la relation personnelle, la communion affective entre le croyant et son Seigneur.
 
Il faut donc en conclure que c’est St Paul, dans les années 7O, et l’Evangile de St Jean , quarante ans après, s’inspirant , lui, de sources particulières, inconnues des rédacteurs antérieurs, qui ont tous deux donné au Christianisme son originalité, indépendamment des influences esséniennes .
 
Un problème ici n’est pas résolu : c’est celui du Maître de Justice.
Les savants esséniens qui avaient, selon nous, rejoint la communauté des disciples, après la persécution de 68, savaient bien que ce personnage vénéré était mort depuis un siècle. Comment pouvaient-ils accepter qu’un nouveau Maître, ce Nazaréen, prenne sa place ? Ils n’ont pu l’accepter que s’ils se sont convertis à lui, reconnaissant là quelqu’un de « plus grand que Moïse » lui-même.
En effet , le Testament de Levi annonce la venue d’un nouveau Maître de Justice, « dont l’astre se lèvera dans le ciel comme celui d’un roi » et auquel nul ne succèdera jamais. (voir les extraits du Testament de Lévi, en annexe ci-dessous).
Les Esséniens attendaient la réalisation de cette prophétie, et elle pouvait leur sembler très claire avec jésus de Nazareth.
Ce sont eux, peut-être, qui ont mis par écrit les différentes confessions de foi des Evangiles.
 
Cet attachement au nouveau Maître, qui pour St Paul déjà et St Jean plus tard, est devenu un amour exclusif, a été partagé par les premiers martyrs chrétiens : les persécutions commencèrent bientôt, avec l’avènement de Néron, et l’incendie de Rome, en 64.
 
Ce n’est pas alors la fidélité aux doctrines esséniennes qui a prévalu, mais bien « le plus grand amour, qui donne sa vie » (Jn 15/13), ,n, l’attachement au Maître dont St Paul disait qu’il était sa vie et que dans la mort il connaîtrait avec lui l’union parfaite.
 
Pléonasme, Christianisme et Essénisme ? Sans doute, et sur tous les points , sauf sur le plus important : la communion d’amour du chrétien avec son Seigneur.
.
Danielle Vincent
Ste Marie-aux-Mines, 25 avril 2O16.
 
 
 Annexes
 
Les Testaments des douze Patriarches , qui étaient les douze fils de Jacob, ont été recopiés et traduits maintes fois . Des versions grecques et hébraïques circulaient dans le monde chrétien du premier siècle . Des fragments araméens du testament de Lévi ont été retrouvés dans la grotte I et la grotte IV. La rédaction originale de l’ouvrage en araméen peut être datée des années 63 à 37 avant notre ère. « Les Testaments des douze Patriarches apparaissent avec Henoch et les Jubilés, comme l’un des grands textes de la secte essénienne » (A.Caquot et M.Philonenko, Ecrits intertestamentaires, op.cit. introduction, p.LXXXI).
 
Nous citerons ici des extraits du Testament de Lévi, traduit par ces deux auteurs :
 
« Sachez donc maintenant que le Seigneur exécutera le jugement sur les fils des hommes.
Car les rochers se fendent,
Le soleil s’éteint,
Les eaux se tarissent,
Le feu meurt,
Toute la création est ébranlée,
Les esprits invisibles se consument,
Et le Shéol est dépouillé à la souffrance du Très-Haut «  (IV,1).
 
« Quant à moi, mes enfants, je sais qu’à la fin des siècles vous commettrez des impiétés contre le Seigneur, portant les mains sur lui par malice ; et vous deviendrez un objet de risée parmi toutes les nations. Mais notre père Israël est pur de l’impiété des grands prêtres qui porteront leurs mains sur le Sauveur du monde. Le ciel est plus pur que la terre : vous aussi, les flambeaux d’Israël, soyez plus purs que les nations. Mais si vous êtes plongés dans les ténèbres de l’impiété, que feront les nations qui vivent dans l’aveuglement ? Vous attirerez alors la malédiction sur notre race, car la lumière de la Loi , qui a été donnée pour illuminer tout homme,, vous aurez voulu la supprimer en enseignant des commandements contraires aux décrets de Dieu. «  (XIV).
 
« L’homme qui aura renouvelé la loi par la puissance du Très-Haut, vous le saluerez du titre d’imposteur et, finalement, vous vous jetterez sur lui pour le tuer, ne sachant pas qu’il se relèvera et faisant retomber dans votre malice le sang innocent sur votre tête. Mais, je vous le dis, à cause de lui , votre sanctuaire sera souillé jusqu’aux fondements. Vous n’aurez plus un lieu pur, mais vous deviendrez parmi les nations un objet de malédiction et une dispersion, jusqu’à ce que lui-même vous visite à nouveau et qu’ému de pitié il vous reçoive par la foi et l’eau . » (XVI).
 
« Alors le Seigneur suscitera un Prêtre nouveau
à qui toutes les paroles du Seigneur seront révélées :
c’est lui qui exercera un jugement de vérité sur la terre
durant une multitude de jours.
Son astre se lèvera dans le ciel comme celui d’un roi,
resplendissant de la lumière de la Connaissance,
comme le soleil brille en plein jour,
et il sera magnifié dans le monde entier.
Il resplendira comme le soleil sur la terre,
Il supprimera toutes ténèbres de dessous le ciel,
Et la paix règnera sur toute la terre.
Les cieux seront dans la jubilation en ses jours,
La terre se réjouira et les nuées seront dans l’allégresse.
(…) Les cieux s’ouvriront ,
Et du Temple de gloire viendra sur lui la sanctification
En même temps qu’une voix paternelle comme celle d’Abraham à Isaac.
La gloire du Très-haut sera proclamée sur lui_,
et l’Esprit d’intelligence et de sanctification reposera sur lui par l’eau.
Car c’est lui qui donnera la magnificence du Seigneur à ses fils
dans la vérité à jamais,
et nul ne lui succèdera de génération en génération à jamais.
Sous son sacerdoce, les nations augmenteront dans la Connaissance
sur la terre, et seront illuminées par la grâce du Seigneur.
Mais Israël sera diminué dans l’ignorance,
Et il sera enténébré dans le deuil.
Sous son sacerdoce , le péché disparaîtra,
Les impies cesseront de faire le mal,
Et les justes se reposeront sur lui.
C’est lui qui ouvrira les portes du Paradis,
et qui écartera l’épée qui menace Adam.
Il donnera aux saints à manger du fruit
de l’arbre de vie,
et l’Esprit de sainteté sera sur eux.
Béliar sera lié par lui,
Et il donnera à ses enfants le pouvoir de fouler
Aux pieds les esprits mauvais. (…) «  ( XVIII).
 
(op.cit. p. 849-856).

 

Musée Château d'Argent

Villa ALICE

215, rue Clémenceau

68160 Sainte Marie aux Mines 

Alsace - FRANCE

Tel. 06 47 14 67 88

     03 89 58 78 18

Visite guidée tous les jours

14h à 16h